25e anniversaire du Collège Pontifical International Maria Mater Ecclesiae

Le 21 novembre dernier, fête de la présentation de la Vierge Marie, le cardinal Mauro Piacenza, pénitencier majeur, a inauguré la célébration du 25e anniversaire du Collège Pontifical International Maria Mater Ecclesiae à Rome.

Au début de la célébration, l’histoire du collège fut brièvement présentée ainsi que les fruits  recueillis, grâce à Dieu, au cours de ce premier quart de siècle.
Ce collège a été ouvert par la congrégation des Légionnaires du Christ en 1991 pour aider à la préparation de futurs formateurs et de séminaristes diocésains envoyés par leurs évêques. Jusqu’à ce jour, 1 170 séminaristes ont été formés au collège, dont 890 prêtres et 5 évêques de 266 diocèses de 57 pays du monde.

Dans son homélie, le cardinal a rendu grâce pour ces fruits du collège pour l’Église. Il a également encouragé les fidèles présents à toujours rechercher la proximité avec le Christ afin qu’elle se transforme en une vie cohérente avec l’Évangile et une pastorale exigeante face aux besoins de tant d’âmes assoiffées de l’amour de Dieu.

Le 26 novembre, dans le cadre des célébrations des 25 ans de la fondation du Collège, 16 séminaristes ont reçu le ministère d’acolyte et 25 celui de lecteur, au cours d’une messe présidée par Mgr Vittorio Lanzani, délégué de la Fabrique de Saint-Pierre, dans la chapelle du chœur de la basilique Saint-Pierre, près de Marie Immaculée, mère des prêtres, et en présence des reliques de saint Jean Chrysostome, aussi reconnu pour sa doctrine sur le sacerdoce.

Mgr Lanzani, après avoir prêché sur l’importance des différents ministères sur le chemin vers le sacerdoce, a exhorté les participants à accueillir le don qu’ils recevaient et à le vivre par un vrai engagement et avec amour envers le Christ et l’Église.

Le 4 décembre dernier, le P. Eduardo Robles-Gil a présidé une célébration eucharistique en action de grâce pour cet anniversaire. Lors de son homélie il a fait référence à la liturgie du deuxième dimanche de l’Avent en soulignant que Dieu intervient dans l’histoire personnelle de chacun en lui manifestant son amour miséricordieux, en l’appelant à la conversion et en l’invitant à sa vie divine. « Nous rendons grâce à Dieu en ce jour pour tous les prêtres formés au sein de ce collège et qui, aujourd’hui, sont les instruments de la miséricorde de Dieu pour tant d’âmes », a affirmé le P. Eduardo. « Que l’Esprit Saint guide notre vie. Nous sommes témoins et ministres de la miséricorde et de la Rédemption. Nous sommes ses instruments. Nous remercions aussi Marie, Mère de l’Église, Mère de ce collège, parce qu’elle a toujours été avec nous et qu’elle nous aide. Elle nous apprend à accueillir le Seigneur dans notre vie » a-t-il déclaré pour conclure.

À la fin de la célébration, Kevin, séminariste du diocèse syro-malabar de Chicago (USA) s’est exprimé en ces termes : « Maria Mater m’a permis d’approfondir la nécessité, en tant que futur prêtre, de cultiver une relation intime d’amour avec Jésus. Pendant ces années de formation, j’ai appris que, sans une rencontre quotidienne avec lui, je ne peux rien donner à mes paroissiens qu’il ne me donne lui-même. Les prières du matin, la célébration matinale de l’Eucharistie m’aident à percevoir que le point de départ de ma journée de séminariste et de futur prêtre c’est le Christ ; cette rencontre d’amour quotidienne avec lui est ce qui me remplit de forces pour me donner aux autres, pour servir l’Église ».

« Un autre aspect de Mater Ecclesiae qui a enrichi ma formation sacerdotale est la discipline. Suivre des horaires, apprendre à me former, trouver la priorité de mes responsabilités et me discipliner dans ces matières m’aident à m’assurer que, plus tard, je serai capable de prendre la responsabilité de mes obligations de prêtre pour les personnes que Dieu voudra me confier » précise Kevin. Il ajoute aussi : « Pendant ces années j’ai aussi appris que les formateurs sont à notre disposition pour nous aider ; j’ai toujours remarqué l’effort sincère qu’ils accomplissent pour nous apprendre à être de meilleurs prêtres et des hommes de Dieu, mais que finalement la formation dépend de ce que personnellement, je veux en retirer ».

« La rencontre de cultures variées a été un don important et une bénédiction de Dieu mais aussi une grande croix. Il faut toujours faire un effort pour partager, pour comprendre ce qui plaît ou déplaît aux autres cultures, en apprenant la richesse de chacune. Parfois dans les conversations, nous partageons aussi et connaissons les défis et les difficultés que rencontre l’Église dans d’autres parties du monde et cela nous porte à intensifier notre prière, à sentir et souffrir avec l’Église qui souffre et à nous préparer au mieux à répondre aux défis de notre monde actuel qui paraît s’éloigner de Dieu. Cela me console de voir que Jésus nous unit. Il doit être notre point de départ et notre point d’arrivée » a déclaré Kevin.

Durant les mois à venir d’autres événements seront organisés au Collège Pontifical International Maria Mater Ecclesiae pour célébrer cet anniversaire.

 

 

Mots-clés: