Une semaine « Sur les pas de Karol » …

… nous a menées par monts et par vaux polonais !

Dans la région de Krakow (Cracovie), nous avons commencé par découvrir le sanctuaire de la divine Miséricorde où Jésus nous a donné le ton de ce pèlerinage et de la vie de Jean-Paul II : « Jezu ufam tobie » (« Jésus j’ai confiance en toi »). Puis nous sommes allées à Wadowice, ville natale de Karol, où nous avons pu visiter les lieux de son enfance. Et nous avons goûté sa pâtisserie préférée : le « kremoski ». Délicieux !

Le camp de concentration d'Auschwitz fut un moment particulièrement éprouvant à découvrir et à accepter. Mais ce lieu historique faisait partie du pèlerinage, comme l’ont vécu Jean-Paul II puis Benoit XVI, et au milieu de cette horreur résonnait encore le message du Christ : « J’ai vaincu la mort, je suis plus fort que le mal ».
Nous avons perçu des lueurs d’amour et d’espérance dans ces ténèbres grâce à saint Maximilien Kolbe, sœur Thérèse Bénédicte de la Croix et d’autres détenus, morts en odeur de sainteté. Nous avons rencontré notre Mère, la Vierge Noire, à Czestochowa, acclamée au son des trompettes à midi au moment de la fermeture du rideau.

Puis ce fut une visite guidée par Kaśia dans la ville de Krakow et ses belles églises. Le quatrième jour nous avons quitté la ville pour Zakopane, dans les Tatras (chaîne de montagnes entre la Pologne et la Slovaquie) où le Père Wojtyla accompagnait des jeunes en excursion. Nous sommes aussi parties en randonnée, sans imaginer nous retrouver dans la neige à mi-chemin le 1er mai !

Nous avons ensuite visité le sanctuaire de Notre-Dame de Fatima, édifié pour remercier Marie pour avoir préservé la vie de saint Jean-Paul II après l'attentat, ainsi que des églises et le cimetière, originaux et remarquables par leur architecture en bois. Nous nous sommes lancées en luge d'été face aux belles montagnes avant de redescendre au marché artisanal de Zakopane.

Bref, une très belle expérience de rencontres entre nous, avec les personnes que nous avons croisées et avec lesquelles nous avons réussi à communiquer ! Et bien sûr avec le Christ !
Un pas de plus sur le chemin de la sainteté !

Anne-Marie Terrenoir, consacrée de Regnum Christi