« Ce n’est pas Moïse, c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel »

mar 12/04/2016
Fête du jour: 
Saint Jules 1er, pape

Chapitre d'Evangile:

Verset de début: 
30
Verset de fin: 
35
Evangile: 

Ils lui dirent alors : « Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire ? Quelle œuvre vas-tu faire ? Au désert, nos pères ont mangé la manne ; comme dit l’Écriture : il leur a donné à manger le pain venu du ciel. »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel ; c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel. Car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. » Ils lui dirent alors : « Seigneur, donne-nous toujours de ce pain-là. » Jésus leur répondit : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif.

Prière: 

« Sur ton serviteur, que s’illumine ta face ; sauve-moi par ton amour. Tu combles, à la face du monde, ceux qui ont en toi leur refuge ». Psaume 30 (31)

Demande: 
Dire avec la foule : « Seigneur, donne-moi toujours de ton pain de vie », en renouvelant le désir et le besoin de Jésus-Eucharistie.
Points de réflexion: 

1. Quelle faim avons-nous ? Jésus rappelle aux foules que ce n’était pas Moïse qui avait donné du pain dans le désert. Moïse a appelé Dieu à se manifester avec le don de la manne. Ce don montre aux Israélites que Dieu se soucie d’eux, qu’il connaît leur faim. Pourtant même la manne n’a jamais comblé la faim des hommes. C’est une faim plus intime, insatiable ; faim d’amour, d’estime, de reconnaissance. Faim inquiète qui cherche à se satisfaire dans les possessions et les personnes et qui finit plus affamée encore. Jésus connait cette faim. Il sait qu’elle ne peut se combler qu’en Dieu et il s’offre pour combler la faim de l’homme. « C’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel ».

2. Qu’est-ce que ce pain venu du ciel ? Notre foi nous répond que c’est l’Eucharistie, la présence entière du Christ, sa divinité et son humanité, qui vient pour donner la vie au monde. Le Christ sous l’aspect du pain nous donne sa vie qui est la Vie. Croire que l’hostie consacrée contient Dieu est une folie, mais comme le dit saint Paul : « Où est le sage ? (…) Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ? Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes. (…) Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes ». (1 Cor 1, 19-30).

3. « Je suis le pain de vie ». Suis-je capable d’accueillir cette folie de Dieu ? Mon cœur est-il attaché à sa propre sagesse, sa propre force, sa propre connaissance ou bien est-il prêt à tout quitter pour Jésus ?

Dialogue: 
Jésus, de quoi ai-je faim ? D’où vient le « pain » dont je me satisfais au quotidien ? Es-tu mon refuge, mon amour, mon salut ? Qu’est-ce que je désire en te recevant dans l’Eucharistie ? Qui est-ce que je désire recevoir en moi ?
Résolution: 
Lors de la prochaine messe, dans la procession de communion, redire au Christ que j’ai faim et soif de lui.

Auteur: