Dimanche, jour du Seigneur

mar 19/01/2016
Fête du jour: 
Saint Germanicus, martyr

Chapitre d'Evangile:

Verset de début: 
23
Verset de fin: 
28
Evangile: 

Un jour de sabbat, Jésus marchait à travers les champs de blé ; et ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher des épis.
Les pharisiens lui disaient : « Regarde ce qu’ils font le jour du sabbat ! Cela n’est pas permis. » Et Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu’il fut dans le besoin et qu’il eut faim, lui-même et ceux qui l’accompagnaient ?
Au temps du grand prêtre Abiatar, il entra dans la maison de Dieu et mangea les pains de l’offrande que nul n’a le droit de manger, sinon les prêtres, et il en donna aussi à ceux qui l’accompagnaient. »
Il leur disait encore : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat.
Voilà pourquoi le Fils de l’homme est maître, même du sabbat. »

Prière: 

Seigneur Jésus, par ce temps de prière, renouvelle en moi la conscience que tu m’as donné la vie pour te louer et te servir. Je suis ici, Seigneur, pour faire ta volonté. Tu es mon maître et mon Seigneur. Aide-moi à te donner la première place, en particulier le jour qui t’es consacré, le dimanche.

Demande: 
Mon Dieu, aide-moi à mieux honorer le jour du Seigneur.
Points de réflexion: 

1. Les pharisiens reprochent aux disciples de Jésus d’avoir arraché quelques épis de blé le jour du sabbat. La loi de Moïse interdisait qu’on travaille ou moissonne le jour du sabbat, afin de consacrer sa journée au Seigneur. Jésus veut leur faire remarquer que leur jugement était trop scrupuleux. Les disciples n’avaient pas l’intention de moissonner, mais simplement de prendre quelques épis pour les froisser dans leur main et en goûter. Même le Roi David, un jour, n’ayant rien à manger, s’était permis de manger le pain de l’offrande du Temple, réservé aux prêtres, ce qui était aussi interdit par la loi de Moïse. Jésus leur rappelle que la finalité du sabbat est de chercher le bien de l’homme pour servir Dieu. Froisser quelques épis de blé dans sa main n’empêche personne d’adorer le Seigneur ou de lui consacrer sa journée, ni de se procurer le repos nécessaire.

2. Dans la dernière phrase de ce texte, Jésus va encore plus loin. Il dit aux pharisiens que lui, en tant que Fils de l’homme, est maître du sabbat. L’expression « Fils de l’homme » était connue des pharisiens, puisqu’il s’agit du personnage mystérieux que Daniel a vu dans une vision (Daniel 7, 13) et qui représente le Messie à qui seraient données toute souveraineté, gloire et royauté. Jésus, en s’attribuant ce titre de « Fils de l’homme », leur dit qu’il est le Messie promis par Dieu depuis les origines et, comme Dieu le Père lui donne pouvoir sur toute chose, il est aussi le maître du sabbat et il est libre d’en disposer comme il le veut.

3. À partir de ce texte, je peux donc m’interroger sur ma façon de vivre le dimanche comme jour du Seigneur. Est-ce que je profite du dimanche pour louer le Seigneur, pour l’adorer et le servir en particulier par ma participation à la messe et par la prière.
Y-a-t-il des loisirs, des projets, des engagements qui m’empêchent de donner la première place au Seigneur le dimanche ? Étant donné que le jour du Seigneur est aussi pour le bien de l’homme, est-ce que je profite bien de ce jour pour me reposer et aussi pour offrir des moments de gratuité à mon conjoint, à mes enfants, à ma famille, à mes amis, à ceux qui ont besoin de mon aide et de mes soutiens ?

Dialogue: 
Seigneur Jésus, mon agenda est plein à craquer et je suis souvent tenté de laisser mon dimanche être envahi par de nombreuses activités ne me laissant plus de temps pour toi, ni pour le repos nécessaire, ni pour mon prochain. Et pourtant une heure de messe par semaine ne représente que 52 heures pour toi dans une année. Ce n’est pas beaucoup et c‘est la moindre des choses que je puisse faire pour toi qui m’a tant aimé et tant donné. Tu m’as donné la vie, ma famille, mon éducation, mon logement, ma nourriture. Tu nous demandes explicitement dans le troisième commandement : « Tu feras du sabbat un mémorial, un jour sacré ». Concernant l’Eucharistie, tu nous as donné comme consigne de faire cela en mémoire de toi. Aide-moi, Seigneur, à vivre le dimanche comme un moment sacré pour toi en participant à la messe et en profitant du repos nécessaire pour moi-même, pour ma famille et ceux qui sont dans le besoin autour de moi.
Résolution: 
Prendre un moment de gratuité pour Dieu (peut-être même au-delà de la messe) et pour mon prochain ce dimanche.