Discours sur le pain de vie : la vraie nourriture

lun 20/04/2015
Fête du jour: 
Bienheureuse Odette

Chapitre d'Evangile:

Verset de début: 
22
Verset de fin: 
29
Evangile: 

Le lendemain, la foule restée sur l’autre rive se rendit compte qu’il n’y avait eu là qu’une seule barque, et que Jésus n’y était pas monté avec ses disciples, qui étaient partis sans lui.
Cependant, d’autres barques, venant de Tibériade, étaient arrivées près de l’endroit où l’on avait mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâce.
Quand la foule vit que Jésus n’était pas là, ni ses disciples, les gens montèrent dans les barques et se dirigèrent vers Capharnaüm à la recherche de Jésus.
L’ayant trouvé sur l’autre rive, ils lui dirent : « Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés.
Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau. »
Ils lui dirent alors : « Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? »
Jésus leur répondit : « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »

Prière: 

Seigneur, ravive en moi cette faim de toi !

Demande: 
Avoir faim de faire la volonté du Père.
Points de réflexion: 

1. L’homme chercheur de Dieu. La foule, c’est nous. Nous cherchons Dieu. Et quand ce n’est pas consciemment par notre vie que nous nous efforçons de l’atteindre, c’est inconsciemment que notre être le réclame. Par exemple, quand nous rejetons la souffrance, quand nous nous élevons contre l’injustice, quand nous nous sentons insatisfaits des plaisirs superficiels et éphémères, nous sommes en train de désirer le bonheur. L’homme est un chercheur d’éternité, d’amour, de joie, de paix. Je suis ce chercheur éperdu.

2. Dieu chercheur de l’homme. Dieu descendait au jardin pour trouver Adam et Eve. Dieu vient à nous en se faisant homme : Jésus-Christ. Jésus naît pauvre pour que tous puissent venir à lui. Il est cloué sur la croix, les bras ouverts, comme un pont éternel entre nous et Dieu, comblant l’abîme dont nous étions responsables entre Dieu et nous. Jésus est allé rejoindre ses disciples ballotés sur les flots. Jésus rejoint les disciples d’Emmaüs. Jésus console Marie Madeleine. Jésus vient au-devant de Thomas et dissipe ses doutes. La liste serait interminable ! Dieu ne se lasse pas de nous chercher. Et dans ma vie ? Quand m’a-t-il cherché ? Combien de fois ne l’ai-je pas reçu dans l’Eucharistie ? Combien de fois ne m’a-t-il pas pardonné ? Et disposé à recommencer encore et encore. Ce Dieu n’est-il pas fou de l’homme ? Fou de moi ?

3. Donc, moi je le cherche ; lui, il me cherche. Et comment nous trouvons-nous ? En croyant en celui qu’il a envoyé. Croire en Jésus-Christ, c’est l‘imiter. Or imiter Jésus c’est avoir les yeux cloués sur le Père. C’est chercher à faire tout ce qui plaît au Père. « Ma nourriture, c'est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé et d'accomplir son œuvre » (Jn 4, 34). « Celui qui m'a envoyé est avec moi ; il ne m'a pas laissé seul parce que je fais toujours ce qui lui plaît » (Jn 8, 29). Voilà ce que nous révèle le Christ. Voilà l’essentiel de notre vie, la clef de notre bonheur.

Dialogue: 
Seigneur, donne-moi de ce pain duquel tu te nourris, et dont j’ai si faim même sans m’en rendre compte.
Résolution: 
Prendre au moins cinq minutes pour s’arrêter et méditer sur la prière du Notre Père.