Être des fils vivants par la miséricorde

lun 07/03/2016
Fête du jour: 
Sainte Perpétue et sainte Félicité, martyres

Chapitre d'Evangile:

Verset de début: 
43
Verset de fin: 
54
Evangile: 

Deux jours après, Jésus partit de là pour la Galilée. – Lui-même avait témoigné qu’un prophète n’est pas considéré dans son propre pays.
Il arriva donc en Galilée ; les Galiléens lui firent bon accueil, car ils avaient vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem pendant la fête de la Pâque, puisqu’ils étaient allés eux aussi à cette fête. Ainsi donc Jésus revint à Cana de Galilée, où il avait changé l’eau en vin. Or, il y avait un fonctionnaire royal, dont le fils était malade à Capharnaüm.
Ayant appris que Jésus arrivait de Judée en Galilée, il alla le trouver ; il lui demandait de descendre à Capharnaüm pour guérir son fils qui était mourant.
Jésus lui dit : « Si vous ne voyez pas de signes et de prodiges, vous ne croirez donc pas ! »
Le fonctionnaire royal lui dit : « Seigneur, descends, avant que mon enfant ne meure ! »
Jésus lui répond : « Va, ton fils est vivant. » L’homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et il partit. Pendant qu’il descendait, ses serviteurs arrivèrent à sa rencontre et lui dirent que son enfant était vivant.
Il voulut savoir à quelle heure il s’était trouvé mieux. Ils lui dirent : « C’est hier, à la septième heure, (au début de l’après-midi), que la fièvre l’a quitté. »
Le père se rendit compte que c’était justement l’heure où Jésus lui avait dit : « Ton fils est vivant. » Alors il crut, lui, ainsi que tous les gens de sa maison.
Tel fut le second signe que Jésus accomplit lorsqu’il revint de Judée en Galilée.

Prière: 

Jésus, tu es le visage de la divine miséricorde : ton regard pénètre les profondeurs de nos âmes. Tu vois nos besoins avant même que nous ne les connaissions. Ta bonté infinie veut régner dans nos cœurs. Tu viens de loin pour partager nos vies en nous rendant ta propre vie dans la folie de ton amour. Tu viens surtout pour nous sauver du péché et de la mort dont ton enseignement et tes miracles suscitent l’espérance. Ton chemin nous montre comment vivre pour les autres sans partage : que la puissance rédemptrice de ton amour œuvre par ma sensibilité, par mon intelligence et par ma volonté pour le bien d’autrui, en construisant notre communion.

Demande: 
Que je puisse te donner aux personnes de mon entourage qui ont besoin d’éprouver ta présence dans notre vie ! Que j’apprenne à le faire selon l’exemple du fonctionnaire royal.
Points de réflexion: 

1. Voici mon deuil : les autres juifs « fêtent » la Pâque avec toi, Jésus, mais mon fils meurt et ils n’ont pas su intercéder encore pour nous ! Tu es le Roi des rois qui a les paroles de la vie éternelle, mais je ne suis qu’un fonctionnaire royal, le serviteur d’un homme mortel qui ne sait pas sauver mon fils ! L’amour engendre la vie. Que mon amour ne meure pas ! Que ton amour vienne nous sauver ! Cette souffrance m’enseigne que je suis surtout pécheur, je ne suis qu’un « samaritain » malgré la dignité de mon héritage : je mériterais de mourir pour mes péchés avant que ne meure mon fils, en reconnaissant mon impuissance humaine face à mon impuissance spirituelle. Notre consolation sera de connaître le Sauveur du monde. Que ta Miséricorde vienne nous consoler !

2. Voici mon espérance : si nous sommes infidèles, malades et mourants – tu es plein de vie, de santé et de sainteté, ton pèlerinage à Jérusalem et ton enseignement nous sont signe et prodige de ton amour pour Dieu sur toutes choses. Si, dans toute justice, tu es absolument fidèle à la Loi, ton séjour chez les samaritains démontre ton amour pour ton prochain, ou bien, pour ceux qui sont devenus moins que ton prochain. Ce dernier geste est signe et prodige de ta bonté infinie qui dépasse la Loi, ce qui exprime que ton amour pardonne les péchés : tu es le visage de la miséricorde.
Si la mort est le fruit du péché, le péché, une fois absous, sauvera la vie et restaurera les relations humaines devant Dieu. Alors, sans mérite, sans ta justification, j’ose te demander la guérison de mon fils, ce qui pardonnera mon péché avec : je crois donc en ton amour et en ta miséricorde : notre espérance ne se trouve qu’en toi. Nous sommes loin de toi, mais tu t’approches également de ceux qui sont injustes et méritent la condamnation comme tu es proche du Créateur qui mérite tout l’amour et toute l’adoration de ses créatures. En revanche, tu restaures l’image et la ressemblance de ce Dieu-Amour dans chaque personne humaine, créée à être divinisée par ta filiation : le Père veut que chacun de ses fils soit sauvé, qu’aucun ne soit perdu. Que ta Miséricorde vienne nous sauver, en nous faisant connaître l’amour et la justice de Dieu !

3. Voici ma persévérance : « Si vous ne voyez pas de signes et de prodiges, vous ne croirez donc pas ! » Ce que tu dis, Jésus, est vrai : je n’aurais pas pu croire en toi sans les signes et les prodiges de ton amour pour Dieu et pour les hommes que tu as montrés devant tout le monde à Jérusalem et en Samarie. La Bonne Nouvelle est digne de foi chez nous en Galilée : elle est ton visage miséricordieux apparu dans le monde ! Et ce que tu dis, Jésus, sera encore vrai : je ne pourrai pas te croire non plus, sans le signe et le prodige de la guérison de mon fils qui sera ma propre guérison : « Seigneur, descends, avant que mon enfant ne meure ! » Que ta Miséricorde vive et règne dans nos cœurs !

Dialogue: 
Il y a des personnes dans ma vie qui pourraient mourir si je ne réussis pas à leur communiquer ton amour. Descends, Jésus ! Guéris mes enfants, toute personne qui doit être chère à mon cœur ! Tu es le premier à nous donner l’exemple du témoignage de l’amour pour Dieu dans l’amour pour notre prochain. Que la puissance rédemptrice de ton amour œuvre par ma sensibilité, par mon intelligence et par ma volonté pour le bien d’autrui, en construisant notre communion. Viens, Seigneur Jésus ! Viens, visage de la miséricorde ! Que j’agisse avec ton Sacré-Cœur, l’icône de ton amour, sans avoir peur d’être un prophète qui ne sera pas accueilli dans son propre pays ! Fais ce signe et ce prodige : moi, et tous les gens de ma maison, nous croirons en toi !
Résolution: 
Intercéder pour autrui et pour moi-même, en montrant un visage miséricordieux à quelqu’un qui l’attend encore de moi.