Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !

mar 29/11/2016
Fête du jour: 
Saint Sernin, martyr et évêque

Chapitre d'Evangile:

Verset de début: 
21
Verset de fin: 
24
Evangile: 

À l’heure même, Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint, et il dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père. Personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père ; et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. » Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! Car, je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous-mêmes voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »

Prière: 

Aujourd’hui, Seigneur, en ta présence, je suis ce « tout-petit » qui vient à toi parce que je reconnais que tu es le Seigneur du ciel et de la terre. J’ouvre les yeux et les oreilles de mon cœur pour t’accueillir et de recevoir.

Demande: 
Donne-moi de voir et d’entendre ce que tu voudras me révéler dans la prière de ce jour.
Points de réflexion: 

1. Jésus tressaille de joie sous l’action de l’Esprit Saint et le voilà qui se met à prier.
Il parle avec son Père et nous avons la chance d’entendre ce qu’il lui dit : « Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits ». Qu’y a-t-il derrière ce « cela » ? Qu’est-ce donc que le Père a révélé aux tout-petits et qui, par conséquent, nous est révélé à nous aussi ? Pour le savoir, il faut remonter quelques lignes plus haut : « Réjouissez-vous de ce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux » (Lc 10, 20). Jésus tressaille de joie à la pensée que nos noms soient inscrits dans les cieux. C’est pour cela que Jésus est venu : pour nous donner la vie éternelle. Voilà sa plus grande joie : nous réunir avec lui auprès du Père pour toujours. Jésus vient nous ouvrir et nous révéler le chemin qui conduit au ciel. C’est là le fondement de toute notre espérance chrétienne ! C’est là le vrai sens de notre existence !

2. Cette espérance qui fait vivre les croyants est à la portée de tous.
Il n’est pas nécessaire d’avoir fait de grandes études pour la découvrir. Jésus la révèle aux tout-petits, c’est-à-dire à ceux qui cherchent la vérité avec un cœur sincère et qui sont assez humbles pour l’accueillir. « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez », dit Jésus. Il s’agit là d’une véritable béatitude ! Nous devons nous réjouir de la grâce du ciel qui nous est faite ! « Mais je n’ai rien vu », répondrez-vous peut-être… Dans l’Évangile, voir et écouter sont synonymes de croire. Avoir la foi, c’est voir ou écouter avec le cœur. Si vous lisez cette méditation aujourd’hui, c’est parce que vous croyez déjà, parce que vous cherchez à croire plus encore. On n’aura jamais fini d’écouter et de voir Jésus. On n’aura jamais fini de croire ! Réjouissons-nous du bonheur que donne la foi en Jésus : l’entrée dans la Vie, la vie de Dieu !

3. L’évangéliste Luc fait ici une véritable profession de foi trinitaire.
Tout d’abord, il prie et se réjouit du salut qu’il apporte aux hommes sous l’action de l’Esprit Saint. La prière et la joie qu’elle donne sont toujours un fruit de l’Esprit. Deuxièmement, Jésus se réjouit parce qu’il nous révèle qui est le Père : « Nul ne sait qui est le Fils si ce n’est le Père, ni qui est le Père si ce n’est le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler ». Personne ne va à Dieu sans passer par le Fils. Jésus est la révélation ultime et parfaite de Dieu. Jésus est le visage du Père. Ce qu’il nous dit de l’amour du Père dans l’Esprit est indépassable. Le mystère de la Sainte Trinité est le plus profond de notre foi, car il nous révèle que Dieu est Amour : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle » (Jn 3, 16). Dieu veut le bonheur de l’homme ; bonheur qui sera total lorsque nous entrerons dans une unité parfaite avec Dieu au ciel. En attendant, cette unité est déjà commencée si nous connaissons Dieu en vérité dès ici-bas, c’est-à-dire tel qu’il s’est révélé : trinitairement.

Dialogue: 
Seigneur, que l’espérance du ciel soit le fondement de ma foi. Je veux te connaître plus et mieux, Seigneur ! Je veux voir ton visage ! Augmente ma foi, toi qui es Père, Fils et Saint Esprit !
Résolution: 
Dire lentement la prière de sainte Élisabeth de la Trinité : Ô Verbe éternel, parole de mon Dieu, je veux passer ma vie à Vous écouter, je veux me faire tout enseignable afin d'apprendre tout de Vous ; puis, à travers toutes les nuits, tous les vides, toutes les impuissances, je veux vous fixer toujours et demeurer sous votre grande lumière. Ô mon Astre aimé, fascinez-moi pour que je ne puisse plus sortir de votre rayonnement. Ô Feu consumant, Esprit d'amour, survenez en moi afin qu'il se fasse en mon âme comme une incarnation du Verbe ; que je Lui sois une humanité de surcroît, en laquelle il renouvelle tout son mystère. Et vous, ô Père, penchez-Vous vers votre pauvre petite créature, ne voyez en elle que le Bien-aimé en lequel Vous avez mis toutes vos complaisances. Ô mes Trois, mon Tout, ma Béatitude, Solitude infinie, Immensité où je me perds, je me livre à Vous comme une proie ; ensevelissez-vous en moi, pour que je m'ensevelisse en Vous, en attendant d'aller contempler en votre lumière l'abîme de vos grandeurs. Ainsi soit-il.