L’humilité de l’Enfant-Jésus

lun 29/12/2014
Fête du jour: 
Octave de Noël, saint Thomas Becket

Chapitre d'Evangile:

Verset de début: 
22
Verset de fin: 
35
Evangile: 

Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur.
Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.
Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui.
Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur.
Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole.
Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »
Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui.
Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

Prière: 

« Seigneur, je n’ai pas le cœur fier, ni le regard hautain. Je n’ai pas pris un chemin de grandeurs ni de prodiges qui me dépassent. Non, je tiens mon âme en paix et silence ; comme un petit enfant contre sa mère, comme un petit enfant, telle est mon âme en moi » (Ps 131, 12).

Demande: 
Apprends-moi, Seigneur, le chemin de l’humilité. Que cette vertu ne m’effraie pas. Que je la comprenne et la vive en vérité.
Points de réflexion: 

1. Syméon était un homme de Dieu. L’évangéliste Luc nous dit qu’il était si juste et religieux, que l’Esprit Saint reposait sur lui ! Quel homme ! En effet, un peu plus loin dans le récit, nous verrons que l’Esprit Saint viendra reposer sur Jésus, le messie, le Fils de Dieu. C’est donc le même Esprit qui les guide tous deux. Docile à ses inspirations, Syméon se rend au Temple. Syméon sait discerner la voix de Dieu, malgré toutes les affaires de ce monde qui l’occupent. C’est un homme d’écoute. Il ne s’écoute pas lui-même. Il écoute la voix de l’Esprit qui résonne en lui dans le silence de son cœur, dans la simplicité de sa prière ou dans l’inattendu d’un événement.

2. Où le mène la voix de l’Esprit ? à Jésus ! Le Verbe de Dieu s’est fait chair pour que tous les hommes aient accès à lui. Par une intuition toute particulière, Syméon est amené à chercher Jésus au Temple de Jérusalem le jour de sa présentation. A peine quelques jours après la naissance de Jésus, Syméon est invité à contempler le grand mystère de ce Dieu tout-puissant, qui a décidé de s’abaisser à notre condition mortelle. Quelle humilité de Dieu ! Même si la nuit de Noël est déjà passée, nous sommes appelés, nous aussi, comme Syméon, à contempler et à nous émerveiller devant ce grand mystère, d’un Dieu qui se fait tout petit. C’est là que nous devons chercher Dieu : dans la simplicité et l’humilité de notre quotidien, dans les choses les plus insignifiantes.

3. Guidé par l’Esprit, Syméon est un prophète. Il sait que cet enfant inoffensif et impuissant est pourtant la pierre d’achoppement à laquelle tout homme de tout temps sera confronté. Cet enfant représente le salut de l’humanité entière. Quel mystère ! Il faut les yeux de la foi pour le percer et l’accepter. De plus, Syméon prophétise déjà comment ce salut se réalisera par la croix. Une épée transpercera le cœur de sa mère, c’est dire qu’elle sera témoin de la vie offerte de son Fils quelques trente trois années plus tard. Incarnation, crucifixion et Résurrection se voient indissociablement unies, dès les premiers jours d’existence de cet Enfant-Sauveur.

Dialogue: 
Jésus, mon Sauveur, donne-moi la sagesse qui permet d’entrer dans le mystère de ton Incarnation. Comme Syméon, je t’offre tout ce que je suis, pour que tu vives en moi et pour qu’en tout ce soit ton Esprit Saint qui me guide.
Résolution: 
Aujourd’hui, je trouverai l’occasion de rendre un service caché pour m’unir à l’humilité de l’Enfant- Jésus.