La guérison de la piscine de Bézatha

mar 01/04/2014
Fête du jour: 
Saint Hugues de Grenoble, évêque

Chapitre d'Evangile:

Verset de début: 
1
Verset de fin: 
16
Evangile: 

À l'occasion d'une fête des Juifs, Jésus monta à Jérusalem.
Or, à Jérusalem, près de la Porte des Brebis, il existe une piscine qu'on appelle en hébreu Bézatha. Elle a cinq colonnades, sous lesquelles étaient couchés une foule de malades : aveugles, boiteux et paralysés.
Il y en avait un qui était malade depuis trente-huit ans.
Jésus, le voyant couché là, et apprenant qu'il était dans cet état depuis longtemps, lui dit : « Est-ce que tu veux retrouver la santé ? »
Le malade lui répondit : « Seigneur, je n'ai personne pour me plonger dans la piscine au moment où l'eau bouillonne ; et pendant que j'y vais, un autre descend avant moi. »
Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ton brancard, et marche. »
Et aussitôt l'homme retrouva la santé. Il prit son brancard : il marchait ! Or, ce jour-là était un jour de sabbat.
Les Juifs dirent à cet homme que Jésus avait guéri : « C'est le sabbat ! Tu n'as pas le droit de porter ton brancard. »
Il leur répliqua : « Celui qui m'a rendu la santé, c'est lui qui m'a dit : 'Prends ton brancard, et marche !' »
Ils l'interrogèrent : « Quel est l'homme qui t'a dit : 'Prends-le, et marche' ? »
Mais celui qui avait été guéri ne le savait pas ; en effet, Jésus s'était éloigné, car il y avait foule à cet endroit.

Plus tard, Jésus le retrouva dans le Temple et lui dit : « Te voilà en bonne santé. Ne pèche plus, il pourrait t'arriver pire encore. »
L'homme partit annoncer aux Juifs que c'était Jésus qui lui avait rendu la santé.
Et les Juifs se mirent à poursuivre Jésus parce qu'il avait fait cela le jour du sabbat.

Prière: 

Seigneur, viens à ma rencontre. J’ai besoin de toi. Sans toi je ne peux rien faire de bon.

Demande: 
Un cœur sensible aux nécessités des autres.
Points de réflexion: 

1. La scène se passe à Jérusalem, la ville sainte. Jésus y est monté pour une fête. Il décide de se rendre dans ce lieu bien connu des habitants de la cité, la piscine de Bézatha, où de nombreux malades se rendent pour se faire guérir. Or il y en a un qui attend là depuis longtemps, depuis très longtemps. Mais personne ne l’a jamais aidé à se mettre dans la piscine au bon moment, et il reste donc là, sans pouvoir être guéri.

2. Cet épisode de la vie de Jésus peut nous suggérer deux réflexions. D’une part, que l’homme, par lui-même, ne peut pas faire grand-chose pour obtenir le salut. Chacun peut s’identifier à ce malade de la piscine de Bézatha, car chacun de nous a une âme malade, une âme touchée par le péché, incapable par elle-même de se guérir, de retrouver cette orientation sans compromis vers le bien. Nous avons tous besoin de Jésus, nous avons besoin de sa force pour retrouver une âme pure. Avec lui tout devient possible, ainsi le malade, même sans entrer dans la piscine, est guéri.

3. D’autre part, ce texte nous montre l’importance de l’aide fraternelle. Ce malade a dû attendre trente-huit ans afin que Jésus vienne le guérir. Mais peut-être aurait-il pu l’être avant, si quelqu’un avait bien voulu l’aider à se mettre dans l’eau au bon moment. Dieu nous donne la grâce de pouvoir être des bons samaritains les uns pour les autres, de nous rendre service les uns les autres. Le monde deviendrait tellement plus beau et plus humain si chacun pensait à regarder autour de soi pour voir ce dont les autres ont besoin ; sans aller très loin, simplement avec les personnes que l’on côtoie tous les jours.

Dialogue: 
Seigneur, apprends-moi à mieux te connaitre, pour pouvoir moi aussi devenir un soutien pour les autres. Donne-moi la grâce nécessaire pour sortir de mon propre monde, afin d’aller vers les autres, les rejoindre là où ils en ont besoin.
Résolution: 
Faire un acte de service désintéressé.