« Le Fils de l’homme est venu donner sa vie en rançon pour la multitude »

dim 18/10/2015
Fête du jour: 
29e dimanche du Temps Ordinaire

Chapitre d'Evangile:

Verset de début: 
35
Verset de fin: 
45
Evangile: 

Alors, Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s’approchent de Jésus et lui disent : « Maître, ce que nous allons te demander, nous voudrions que tu le fasses pour nous. »
Il leur dit : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ? »
Ils lui répondirent : « Donne-nous de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ta gloire. »
Jésus leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire, être baptisé du baptême dans lequel je vais être plongé ? »
Ils lui dirent : « Nous le pouvons. » Jésus leur dit : « La coupe que je vais boire, vous la boirez ; et vous serez baptisés du baptême dans lequel je vais être plongé.
Quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder ; il y a ceux pour qui cela est préparé. »
Les dix autres, qui avaient entendu, se mirent à s’indigner contre Jacques et Jean.
Jésus les appela et leur dit : « Vous le savez : ceux que l’on regarde comme chefs des nations les commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir.
Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur.
Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous : car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

Prière: 

Père éternel, tu nous fais découvrir les splendeurs de ton royaume par la vie de ton Fils Jésus-Christ. Béni soit ton saint Nom sur la terre comme au ciel. Que toute ma vie soit le reflet de ta gloire qui se traduit en œuvre d’amour et de miséricorde.

Demande: 
Seigneur Jésus, donne-moi de boire à ta coupe, pour avoir part à ton royaume. Donne-moi de vaincre les intentions mauvaises, les ambitions et les espoirs égoïstes, pour redresser mon chemin sur un sentier de justice.
Points de réflexion: 

1. Être proche de Jésus. Au fil du temps passé avec Jésus, les disciples reconnaissent dans le Maître le Messie de Dieu : Jésus vient avec la puissance divine, puisqu’il guérit les malades, réconforte les cœurs des pauvres, efface le péché et défie ceux qui prétendent être purs. Il met en œuvre le royaume qu’il annonce. Il est donc bon que ses disciples lui ouvrent leurs cœurs et expriment leur souhait d’être associé le plus possible au déploiement de ce royaume.
Être proche du Christ, prophète, prêtre et roi est le principe de notre vie spirituelle. Lors de toute célébration liturgique, comme l’Eucharistie dominicale ou un sacrement célébré en famille ou en paroisse, nous n’assistons pas avant tout pour accomplir une obligation « formelle », mais pour être unis au Christ qui siège à la droite du Père et qui s’abaisse continuellement dans nos vies de disciples. Implorons le Christ afin que sa proximité se poursuive tout au long de la semaine ! Reste présent parmi nous tous les jours. Prends mon cœur, je te le donne, viens y établir ton trône de gloire.

2. « Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ? » Tandis que la soif de Jacques et de Jean est légitime, le contenu de leur demande est déplacé. Dans le royaume de Dieu, il ne s’agit pas de faire carrière. La gloire de Dieu n’éclate pas aux yeux de chair et la victoire du Christ défie le monde par l’ignominie de la croix, que notre Seigneur vient d’annoncer pour la troisième fois.
La victoire du Christ se joue dans le cœur de chaque homme. Au-delà de l’appartenance à une institution humaine et divine, l’Église du Christ (qui est le « corps » de notre identité chrétienne), le royaume s’accomplit dans la transformation intérieure en Jésus Christ par l’Esprit Saint. Inaugurée par le baptême et développée par les sacrements, qui nous plongent dans la mort et la Résurrection du Christ, cette transformation se poursuit et s’achève essentiellement dans la vie en Dieu par l’Esprit : boire à la coupe du Seigneur, partager sa vie, est « l’âme » de notre vie chrétienne. Ai-je part aux joies et aux peines de Jésus, vécues dans l’Évangile et dans la vie de l’Église et du monde ? Est-ce que je me mets à l’écoute de l’Esprit pour faire à tout moment ce que Jésus aurait fait à ma place ?

3. « Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir ». Le service est le secret de toute vie communautaire. Dans le dévouement de l’un envers l’autre, Dieu se rend présent de manière très particulière. Jésus nous l’a montré en nous aimant « jusqu’au bout » (Jean 13, 1) : jusqu’à nous laver les pieds, lui, le Seigneur et le Maître ! (cf. Jean 13, 13). En insistant sur le service, Jésus veut perpétuer la présence de Dieu dans son Église.
La canonisation du couple des bienheureux Louis et Zélie est paradigmatique. En effet, la famille est le premier lieu de l’apprentissage du service et du partage : par le travail pour assurer la subsistance de la famille, la prise en charge et l’éducation des enfants, les parents se dépensent entièrement et entraînent les enfants à imiter leur exemple, dans le partage et la participation. Vécu dans la foi, la ferveur et la pureté d’intentions, cela produit des fruits de sainteté.

Dialogue: 
Ô Jésus, par le souffle de l’Esprit, éclaire nos cœurs pour reconnaître ce qui importe réellement dans la vie. Éblouis de ton amour, mon Jésus, donne-moi de me détacher dans mon cœur de toute inquiétude qui ne soit pas la gloire de Dieu et délivre-moi du péché.
Résolution: 
Je choisis une phrase de cet Évangile, celle qui m’a le plus marqué, je la recopie à la main dans un carnet personnel ou mon agenda et la relis en fin de journée ou demain.