Le lavement des pieds

jeu 17/04/2014
Fête du jour: 
Jeudi Saint

Chapitre d'Evangile:

Verset de début: 
1
Verset de fin: 
15
Evangile: 

Avant la fête de la Pâque, sachant que l'heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'au bout.
Au cours du repas, alors que le démon a déjà inspiré à Judas Iscariote, fils de Simon, l'intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu'il est venu de Dieu et qu'il retourne à Dieu, se lève de table, quitte son vêtement, et prend un linge qu'il se noue à la ceinture ; puis il verse de l'eau dans un bassin, il se met à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu'il avait à la ceinture.
Il arrive ainsi devant Simon-Pierre. Et Pierre lui dit : « Toi, Seigneur, tu veux me laver les pieds ! »
Jésus lui déclara : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. »
Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n'auras point de part avec moi. »
Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! »
Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n'a pas besoin de se laver : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, ... mais non pas tous. »
Il savait bien qui allait le livrer ; et c'est pourquoi il disait : « Vous n'êtes pas tous purs. »

Après leur avoir lavé les pieds, il reprit son vêtement et se remit à table. Il leur dit alors : « Comprenez-vous ce que je viens de faire ? Vous m'appelez 'Maître' et 'Seigneur', et vous avez raison, car vraiment je le suis.
Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres.
C'est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j'ai fait pour vous. »

Prière: 

Prendre le temps de faire un signe de croix plein de sens : Au nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen. Prendre une minute de silence pour considérer ce que je vais faire pendant ces quelques instants : entrer dans un dialogue d’amour avec mon Sauveur.

Demande: 
Quelle autre demande te faire, Seigneur, un jour comme celui-ci, que celle de pouvoir t’accompagner dans ta Passion. Au milieu d’une journée qui peut sembler aux yeux du monde si ordinaire et routinière !
Points de réflexion: 

1. « Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'au bout ». Ne nous lassons pas d’écouter cette vérité évangélique. Savourons-la. Et s’il le faut, demeurons, dans notre cœur, sur ces mots, quelques instants : « Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout ».
Qui sont les « siens » aujourd’hui ? Si nous sommes dans le métro, dans les embouteillages ou si notre tête est pleine de rencontres - aussi anonymes soient-elles - levons les yeux vers toutes ces personnes. Ne passons pas indifférents à côté d’eux : Jésus les aima et il les aima jusqu’au bout… aujourd’hui.
Qu’a-t-il fait pour les aimer jusqu’au bout ? « L’amour rend semblable, il crée une égalité, il abat les murs et les distances. C’est ce qu’a fait Dieu pour nous (…). Il le fait pour être au milieu des gens, de ceux qui ont besoin du pardon, pour être au milieu de nous, qui sommes pécheurs et pour se charger du poids de nos péchés » (extraits du message du Pape François pour le carême 2014). Jésus-Christ a aimé les siens. Il m’a aimé. Les jours que nous allons vivre nous le prouvent. La liturgie des Jours Saints fait mémoire et actualise cette vérité. Seigneur, donne « aux tiens » la grâce de se savoir aimés par toi.

2. « Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres ». Dans beaucoup d’églises, lors de la cérémonie du Jeudi Saint, quelques membres de l’assemblée se font symboliquement laver les pieds par leur curé. Ce geste est fort et nous aide à assimiler la vérité liturgique du Jeudi Saint, lue dans l’Évangile. Remontons, nous aussi, dans le temps, de manière spirituelle, et mettons-nous « dans les chaussures » d’un des apôtres. Laissons notre regard croiser celui de Jésus. Quelle serait notre réaction face à ce dénuement, à cette pauvreté de Jésus à mes pieds !
Ces actes concrets de Jésus « nous disent avant tout quel est le style de Dieu. Dieu se révèle par les moyens de la faiblesse et de la pauvreté (…). Le Christ, le Fils éternel de Dieu, qui est l’égal du Père en puissance et en gloire, s’est fait pauvre ; il est descendu parmi nous, il s’est fait proche de chacun de nous, il s’est dépouillé, vidé, pour nous devenir semblable en tout »(…). « Le chrétien - qui a fait l’expérience de cet amour – est appelé à porter en tout lieu cette annonce libératrice, selon laquelle le pardon pour le mal commis existe, selon laquelle Dieu est plus grand que notre péché et qu’il nous aime gratuitement, toujours et selon laquelle nous sommes faits pour la communion et pour la vie éternelle. Le Seigneur nous invite à être des hérauts joyeux de ce message de miséricorde et d’espérance » (Message du Pape François pour le Carême 2014).

Dialogue: 
« L’amour désire être proche du bien-aimé ». Je voudrais aujourd’hui être proche de toi. T’accompagner. Comprendre la profondeur de ton amour pour chacune de tes créatures. Donne-moi cette grâce.
Résolution: 
Aujourd’hui, je trouverai un espace dans mon emploi du temps, pour t’accompagner et vivre la cérémonie du Jeudi Saint du « lavement des pieds ».