Le second signe de Cana : guérison du fils de l'officier royal

lun 31/03/2014
Fête du jour: 
Saint Benjamin de Perse, martyr

Chapitre d'Evangile:

Verset de début: 
43
Verset de fin: 
54
Evangile: 

Jésus, après ces deux jours chez les Samaritains, partit pour la Galilée.
(Lui-même avait attesté qu'un prophète n'est pas honoré dans son propre pays.)
Il arriva donc en Galilée ; les Galiléens lui firent bon accueil, car ils avaient vu tout ce qu'il avait fait à Jérusalem pendant la fête de la Pâque, puisqu'ils étaient allés eux aussi à cette fête.
Ainsi donc Jésus revint à Cana en Galilée, où il avait changé l'eau en vin. Or, il y avait un fonctionnaire royal, dont le fils était malade à Capharnaüm.
Ayant appris que Jésus arrivait de Judée en Galilée, il alla le trouver ; il lui demandait de descendre à Capharnaüm pour guérir son fils qui était mourant.
Jésus lui dit : « Vous ne pourrez donc pas croire à moins d'avoir vu des signes et des prodiges ? »
Le fonctionnaire royal lui dit : « Seigneur, descends, avant que mon enfant ne meure ! »
Jésus lui répond : «Va, ton fils est vivant. » L'homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et il partit.
Pendant qu'il descendait, ses serviteurs arrivèrent à sa rencontre et lui dirent que son enfant était vivant.
Il voulut savoir à quelle heure il s'était trouvé mieux. Ils lui dirent : « C'est hier, au début de l'après-midi, que la fièvre l'a quitté. »
Le père se rendit compte que c'était justement l'heure où Jésus lui avait dit : « Ton fils est vivant. » Alors il crut, avec tous les gens de sa maison.

Tel est le second signe que Jésus accomplit lorsqu'il revint de Judée en Galilée.

Prière: 

« Je crois, Seigneur, mais augmente ma foi ! »

Demande: 
Croire de tout mon cœur à l’efficacité et à la puissance de ma prière.
Points de réflexion: 

1. La prière : une véritable mission. Quand je regarde autour de moi, quand j’écoute les informations et que l’on me parle des guerres, des persécutions ou de tant d’enfants qui meurent de faim et qui sont victimes de l’injustice de notre société, mon cœur ne peut rester indifférent. Même autour de moi, tant de personnes sont tristes, rejetées, ou dans de grandes difficultés matérielles ou spirituelles. Que puis-je faire face à tant de misère ? Dans l’Évangile d’aujourd’hui, le fonctionnaire royal nous montre l’exemple : il sort de chez lui et va à la rencontre de Jésus pour le prier de guérir son fils. Il sait que Jésus peut changer sa vie et il sait que sa prière ne restera pas sans effet. La prière change le monde, elle transforme notre vie et celle de ceux qui nous entourent, car c’est la prière d’un fils envers son Père bien-aimé, la rencontre avec celui qui désire le plus notre bonheur. Est-ce que j’y crois ?

2. Prier sans se lasser ! Bien souvent, Jésus met notre foi à l’épreuve comme il le fait dans l’Évangile. Il veut voir si vraiment j’y crois ou bien si je veux juste voir des signes et des prodiges. Il veut voir si je désire vraiment la grâce que je demande. Quand je prie pour une intention particulière et que rien ne semble se passer, est-ce que j’arrête de prier, est-ce que j’abandonne ? « Priez sans vous lasser » nous rappelle saint Paul. Sainte Monique, la mère de saint Augustin, priait très fort pour la conversion de son fils. Un jour, celui-ci décida de quitter l’Afrique pour aller vivre et faire carrière à Milan. Monique priait ‘désespérément’ pour qu’il ne parte pas car elle savait que s’il partait pour l’Italie il continuerait à vivre dans la débauche. Quand il partit, Monique aurait pu croire que Dieu était sourd à sa prière, mais de fait, Dieu exauçait son désir le plus profond : sa conversion ; car c’est en allant à Milan qu’il rencontrera saint Ambroise qui le lancera sur le chemin de la sainteté. Moi aussi, je peux parfois croire que le Seigneur est sourd à ma prière et qu’en fin de compte c’est du temps perdu et que cela ne sert à rien. Mais les chemins de Dieu sont impénétrables et il écrit droit sur des lignes courbes comme nous le montre l’histoire de saint Augustin. Mettons toute notre confiance en lui, ne nous lassons pas de prier et n’oublions jamais que Dieu veut notre bonheur ! Dieu veut mon bonheur et ne me laissera jamais tomber !

Dialogue: 
Seigneur, souvent je ne comprends pas, je n’y arrive pas et je veux tout laisser tomber. Parfois j’ai l’impression que tu es absent de ma vie et que je suis tout seul dans la lutte. Mais c’est tout le contraire, car « tu es là au cœur de nos vie, et c’est toi qui nous fait vivre ». Saint Augustin a un jour fait un rêve où il marchait sur le bord de la mer avec Jésus et voyait les traces des pas sur le sable. Cependant, il fit remarquer au Seigneur que dans les moments les plus difficiles de sa vie il n’y avait que les traces d’une seule personne sur le sable. « Où étais-tu Seigneur ? » Et il entendit une voix au-dedans de lui qui répondit : « Ce sont mes pas que tu vois sur le sable… dans ces moments difficiles je te portais sur mes épaules ! » Seigneur apprends-moi à te faire confiance et fais que je crois de tout mon cœur à la puissance de ma prière. Que je n’abandonne jamais et que toujours ce soit toi qui règne dans mon cœur et dans ma vie.
Résolution: 
Prendre quelques minutes de silence aujourd’hui et prier pour une intention particulière en croyant vraiment que le Seigneur m’écoute et que « tout concourt au bien pour celui qui aime Dieu ! » (Romain 8, 28).