Pour prier : demandez, cherchez, frappez

jeu 06/10/2016
Fête du jour: 
Saint Bruno, prêtre

Chapitre d'Evangile:

Verset de début: 
5
Verset de fin: 
13
Evangile: 

Jésus leur dit encore : « Imaginez que l’un de vous ait un ami et aille le trouver au milieu de la nuit pour lui demander : “Mon ami, prête-moi trois pains, car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir.” Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond : “Ne viens pas m’importuner ! La porte est déjà fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner quelque chose.”
Eh bien ! Je vous le dis : même s’il ne se lève pas pour donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut. Moi, je vous dis : Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira. En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira.
Quel père parmi vous, quand son fils lui demande un poisson, lui donnera un serpent au lieu du poisson ? Ou lui donnera un scorpion quand il demande un œuf ? Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »

Prière: 

Esprit Saint, introduis-nous dans la vérité pleine, dans la vie trinitaire qui est communion d’amour. Au nom du Père…

Demande: 
« Dieu qui as appelé saint Bruno à te servir dans la solitude, accorde-nous, par son intercession, qu’au milieu de l’agitation de ce monde nous sachions rester libres pour te suivre » (Prière collecte de la fête de saint Bruno).
Points de réflexion: 

1. La première lecture nous montre l’apôtre infatigable, Paul, qui essaie de remettre les galates sur la bonne route. Une Église attachée seulement à la loi, mais qui ne laisse pas une place à l’Esprit est une Église en danger. Or, c’est dans la prière, principalement, que l’Église se met à l’écoute de l’Esprit. Saint Luc, l’évangéliste de la miséricorde, l’évangéliste de l’Esprit, nous apporte aussi des cadres magnifiques pour instruire le chrétien dans sa vie de prière. L’Évangile d’aujourd’hui en est un et il a été approfondi avec profit par l’un des disciples de saint Bruno, le frère Guigues, dans son livre « L’échelle du Paradis ». C’est lui le grand théoricien de la Lectio Divina.

2. « Un jour, durant le travail des mains, tandis que je songeais aux exercices de l’homme spirituel, voilà que tout à coup j’aperçois quatre degrés : lecture, méditation, prière, contemplation. C’est l’échelle des cloistriers, qui les fait monter de la terre au ciel ». En partant de l’Évangile d’aujourd’hui ce chartreux nous donne une belle image de ce qui doit être notre prière : « L’ineffable douceur de la vie bienheureuse, la lecture la recherche, la méditation la trouve, la prière la demande, la contemplation la savoure. C’est la parole même du Seigneur. Cherchez et vous trouverez. Frappez et l’on vous ouvrira. Cherchez en lisant, vous trouverez en méditant. Frappez en priant, vous entrerez en contemplant. J’aimerais dire que la lecture porte la nourriture substantielle à la bouche, la méditation la triture et la mâche, la prière la goûte, et la contemplation est la douceur même qui réjouit et refait. La lecture s’arrête à l’écorce, la méditation dans la moelle, la prière exprime le désir, mais la contemplation se délecte dans le savourement de la douceur obtenue ».

3. C’est la Parole de Dieu qui inspire la prière de toute l’Église. Le chemin de la prière n’est pas toujours facile et le catéchisme parle du combat de la prière. Dans l’Évangile d’aujourd’hui le Seigneur nous invite à ne pas nous décourager et toute la tradition est là pour nous montrer les chemins magnifiques qui s’ouvrent dans nos cœurs quand nous nous ouvrons au Dieu vivant qui nous parle à travers Jésus. Que saint Bruno nous guide dans le chemin de la prière.

Dialogue: 
« Seigneur, que seuls les cœurs purs peuvent voir, j’ai cherché, par lecture et méditation, la pureté véritable afin que je devienne capable de vous connaître un tout petit peu. J’ai cherché votre visage, Seigneur, j’ai désiré voir votre face adorable (Ps 26. 8). Longtemps j’ai médité en mon cœur et dans ma méditation s’est allumé un feu, le désir de vous connaître toujours plus (Ps 38. 4). Quand vous me rompez le pain de l’Écriture, je vous connais déjà, mais plus je vous connais, ô mon Seigneur et plus je vous veux connaître, non plus seulement dans l’écorce de la lettre, mais dans la réalité de l’union. Et ce don, Seigneur, je l’implore, non point par mes mérites, mais par votre miséricorde. C’est vrai, je suis une indigne pécheresse, mais les petits chiens eux-mêmes ne mangent-ils pas les miettes tombées de la table du maître ? À mon âme angoissée, ô Dieu, donnez des arrhes sur l’héritage promis, au moins une goutte de céleste rosée pour étancher ma soif, car je brûle d'amour, Seigneur » (L’échelle du Paradis).
Résolution: 
Me fixer un temps de retraite cette année pour me consacrer de manière particulière à Dieu dans la prière et découvrir les trésors de la spiritualité de l’Église.