Son œuvre à travers toi

ven 08/04/2016
Fête du jour: 
Saint Gautier

Chapitre d'Evangile:

Verset de début: 
1
Verset de fin: 
15
Evangile: 

Après cela, Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée, le lac de Tibériade. Une grande foule le suivait, parce qu’elle avait vu les signes qu’il accomplissait sur les malades.
Jésus gravit la montagne, et là, il était assis avec ses disciples. Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche.
Jésus leva les yeux et vit qu’une foule nombreuse venait à lui. Il dit à Philippe : « Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? » Il disait cela pour le mettre à l’épreuve, car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire.
Philippe lui répondit : « Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas pour que chacun reçoive un peu de pain. »
Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit : « Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons, mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! »
Jésus dit : « Faites asseoir les gens. » Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes.
Alors Jésus prit les pains et, après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives ; il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient.
Quand ils eurent mangé à leur faim, il dit à ses disciples : « Rassemblez les morceaux en surplus, pour que rien ne se perde. »
Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d’orge, restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture.
À la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient : « C’est vraiment lui le Prophète annoncé, celui qui vient dans le monde. » Mais Jésus savait qu’ils allaient venir l’enlever pour faire de lui leur roi ; alors de nouveau il se retira dans la montagne, lui seul.

Prière: 

Mon Dieu, je sais que tu n’es pas indifférent à ma prière. Au contraire, tu guettes ce moment où je me mets devant toi, où j’ouvre mon cœur à ta présence, où tu pourras, si je le désire et te le permets, te donner à moi et à travers moi à l’Église entière. Si je savais combien sont importantes à mon salut et au salut des hommes ces minutes que je prends exclusivement pour toi, peut-être m’y mettrais-je avec plus d’élan et plus de zèle ! Seigneur, ouvre nos yeux aux réalités invisibles, à la vérité comme toi tu la vois !

Demande: 
Dieu veut entrer en dialogue avec chacun d’entre nous. Il mène l’œuvre du salut avec l’aide des hommes. C’est ainsi qu’il a voulu faire dès le commencement. C’est ainsi qu’il veut continuer d’agir aujourd’hui. Nous voici maintenant devant lui, écoutons sa parole et laissons-le agir dans notre cœur.
Points de réflexion: 

1. Dieu a besoin de nous, il entre en dialogue avec nous pour faire son œuvre. C’est ce que nous voyons dans ce passage de la multiplication des pains. Jésus est avec ses disciples. Une multitude le suit ; une multitude qui ne fait pas attention à elle-même, à ses besoins les plus élémentaires ; ils suivent celui qui leur donne des paroles de vie éternelle. Mais Jésus prend soin d’eux et se rend compte qu’ils n’ont rien à manger. Et voilà que, pouvant tout réaliser par lui-même, il entre en dialogue avec ses disciples : « Où pourrions-nous acheter du pain pour les faire manger ? » Il met les disciples en action, il les interpelle, il veut les mettre en route, il veut qu’ils participent à son œuvre. Et c’est ce qu’ils font. Ils essaient de trouver une solution à leur mesure mais elle n’est pas satisfaisante. Ils se mettent donc à nouveau à son écoute : « Que fera le Seigneur avec ceci ? » et Jésus leur dit : « Faites-les asseoir ». Les disciples laissent faire Jésus et distribuent le miracle venu de lui. Ensuite ils recueillent les morceaux qui restent pour que rien ne soit perdu.
Quelle question te pose Jésus aujourd’hui ? En quoi a-t-il besoin de toi pour accomplir son œuvre ?

2. Quelle est l’œuvre que Jésus veut accomplir ? Dans ce passage on voit qu’il veut nous donner à manger, il veut nous nourrir et donc appliquer sa miséricorde en abondance. Quelle est la plus grande œuvre de miséricorde si ce n’est l’Eucharistie, dont ce miracle est la préfiguration ? C’est lui-même le pain, celui qui donne vie, ce pain dont rien ne doit être perdu, et qui est là en abondance (12 paniers) pour nous fortifier.
Mais l’Eucharistie ne se réalise pas sans la collaboration de l’homme. Voilà la folie de l’amour de Dieu. Son plus grand acte de miséricorde, le don de lui-même dans le pain vivant qui nourrit et donne vie, ne porte son fruit que si l’homme y participe avec ce qu’il a, avec ce qu’il est.
Comment peux-tu mieux t’associer à la table eucharistique ? Comment pourrais-tu faire pour que d’autres soient nourris de ce pain vivant et de cette coupe de salut ?

Dialogue: 
C’est toi, Seigneur, qui seul peut donner à manger à celui qui est affamé. Mais tu peux compter sur moi, sur mes cinq pains et deux poissons. Tu peux compter sur mes bras et mes paroles pour faire parvenir ta nourriture à l’homme assoiffé de toi, de ta Parole lumineuse, de ton amour qui nous fait vivre en « bienheureux » ! Tu peux compter sur moi pour recueillir soigneusement les restes, pour aller plus loin et chercher d’autres hommes et femmes assoiffés de toi.
Résolution: 
Faire un acte de service envers Dieu vivant en nos frères, par lequel tu pourras vivre cette attitude intérieure de disponibilité à Dieu.